Le blog du dôme

NOUVELLE PAGE > NFC, la techno sans contact

Droits réservés

Article du 29 juillet 2015 par Marylène

La technologie NFC permet d'établir une communication entre deux appareils compatibles situés à moins de dix centimètres l’un de l’autre, sans contact. Elle équipera demain tous les objets connectés. Explications.

La technologie NFC, Near Field Communication, ou "communication en champ proche", est en grande partie née à Caen ! Inventée par Philips (et Sony) au début des années 2000, elle s'est développée au sein des laboratoires et des entreprises locales liées au Pôle TES (Transactions Electroniques Sécurisées), avant de faire le tour du monde et de revenir dans notre poche, via les smartphones. C'est aussi à Caen, véritable living lab du sans contact depuis 2005, que les premières applications ont été testées, comme la toute première transaction marchande via un téléphone portable en France.

Une histoire de bobine

Le NFC permet donc d'établir une communication sans contact entre deux appareils électroniques situés à courte distance (quelques centimètres). Elle est basée sur la technologie RFID (Identification par Radio Fréquence), largement éprouvée depuis plus de 30 ans. Les deux premières lettres du sigle, "NF", correspondent à des notions physiques de propagation des champs électromagnétiques. L’astuce, c’est que l’antenne de la puce NFC est une mini-bobine. En rapprochant un champ électromagnétique de la bobine, cela crée un faible courant suffisant pour activer l’information qu’il contient et la transmettre. Plus on s'éloigne, moins le champ magnétique est important. C'est pourquoi nous passons nos cartes à puces et nos badges à proximité des lecteurs de carte NFC.

7,1 millions de mobiles NFC

Encore récente, la technologie sans contact a intégré aujourd'hui la plupart des cartes de paiement (54% des cartes en circulation en France, soit 35,5 millions), des cartes de transport, l'accès à certains services publics et de plus en plus de terminaux mobiles, où elle fait office de mini-révolution. Aujourd'hui en France, 7,1 millions de mobiles acceptent la norme NFC (présente sur 81 appareils). A terme, le NFC sera implémenté par défaut sur tous nos smartphones, tablettes et lecteurs connectés. 

Modes opératoires

Le NFC fonctionne selon trois modes opératoires : en peer to peer (pour transférer des fichiers entre deux smartphones par exemple), en lecture-écriture (le smartphone se transforme en lecteur NFC pour lire des étiquettes électroniques ou "tags" diffusant des informations), et en émulation (ou dématérialisation) de carte, que ce soit une carte de transport, de billettique, de gestion de couponing ou de paiement. Dans ce dernier cas, le smartphone peut jouer le rôle de carte à puce ; les informations sont stockées dans la carte Sim, chiffrées et sécurisées, et les fonctionnalités étendues du mobile (connexion réseau, géolocalisation...) enrichissent considérablement les services rendus par ces cartes !

Tags NFC

Dans le cadre du mode lecteur, ou actif, le mobile devient un lecteur de cartes sans contact ou de tags. Il suffit d'approcher son mobile de la cible pour lire des informations ou lancer une action sans avoir à télécharger d'application au préalable. Le tag NFC a tendance à se substituer au QR code (code-barre à deux dimensions qui nécessite le téléchargement d'une application pour être lisible par un mobile) et se décline aujourd'hui sous toutes les formes et sur tous types de supports : une affiche, un monument, un arrêt de tram, un produit, un colis, une carte de visite, un autocollant tatoué ou collé sur la peau. Ou encore la couverture d'un livre.

Le NFC ouvre la voie à de nombreuses applications, en particulier dans l'internet des objets. Mais la question de la sécurisation des données stockées, et de leur accès, reste ouverte.


Le Dôme | Mise à jour : 2016-11-28 | Mise en ligne :