BEECITY

Droits réservés.

Initié en 2015, BeeCity est un programme régional de prototypage participatif de services numériques à la personne. Il s'incarne au sein du Dôme avec l'arrivée de So Numérique au sein de la résidence de projets.

Initié en 2015, BeeCity est le nom générique d’un projet au long cours qui vise à accompagner les collectivités dans le prototypage de nouveaux usages et services numériques d’aide à la personne.

Il s’agit avant tout d’une démarche, une ruche effervescente, un laboratoire vivant qui cherche à inverser une des tendances actuelles de l’innovation à savoir imaginer de nouvelles technologies et de nouveaux services puis convaincre la population de les adopter. Au contraire, ce projet installe un dialogue entre les collectivités volontaires, les associations citoyennes, sportives ou socio-culturelles, et les organismes de développement économique et scientifique.

On ne présume donc pas si ce seront des écrans, des objets connectés ou des applications qui incarneront ces nouveaux services. L’objectif est de formaliser de nouveaux usages, de nouvelles interactions puis de permettre aux entreprises, aux acteurs de la recherche et à la population elle-même, de les réaliser.

Les nouvelles frontières
du territoire à l’ère du numérique

BeeCity aide à repenser l’amélioration permanente de la qualité du service public et de compétences territoriales à l’ère digitale. Le projet vise ainsi en premier lieu une meilleure distribution d’informations entre les services municipaux et les habitants. Il favorise également la constitution de nouvelles sociabilités, voire de nouvelles solidarités.

À terme, les objectifs du projet sont de :

Nouvelle organisation
pour projet d’un nouveau genre

BeeCity, c’est aussi une nouvelle forme d’organisation pour les structures qui participent au projet.

Elles y recherchent de nouvelles voies dans la gouvernance et de nouvelles formes de production de valeurs entre connaissance, social et affaires (Modèle CSA). Le projet permet ainsi d’expérimenter de nouveaux modes de co-gouvernance, de nouvelles voies pour faire société à l’ère digitale.

So Numérique est une société dédiée à l'aménagement du territoire numérique. Elle conseille les acteurs, collectivités et industriels, dans le déploiement de solutions digitales qui exclue l’obsolescence et la surenchère matérielle. Son investissement dans Beecity relève principalement de la prestation intellectuelle : elle aura pour mission de poser les jalons méthodologiques de cette nouvelle approche organisationnelle.

Le projet BeeCity s'inscrit pour UNA dans une démarche de "Bienvieillage" qui consiste à maintenir ou redonner la capacité à agir quand on se contente trop souvent de rendre "supportable" la perte d'autonomie. Cette association spécialisée dans l'aide à domicile souhaite ainsi contribuer au développement d’un réseau numérique poursuivant les objectifs de prévention du vieillissement, de sécurité et confort du domicile, de prévention des risques professionnels pour les aidants professionnels et de soutien aux aidants proches.

Pour Digital Airways, BeeCity est plus qu'un terrain d'expérimentation, c'est l'occasion de mettre en oeuvre aujourd’hui en Normandie les pratiques numériques qui feront demain le quotidien de chacun d'entre nous. Les évolutions de ces pratiques et leurs outils (reconnaissance vocale, objets connectés, intelligence artificielle,...) ne peuvent plus s'inventer dans les laboratoires. Digital airways portent des technologies qui permettent aux utilisateurs de devenir les créateurs de leurs services du quotidien. C'est donc avec et autour de ces utilisateurs que de nouvelles formes de collaboration doivent être inventées.

Pour W2Next, le projet s’inscrit dans tout ce qui concerne les remontées d’informations issues de capteurs domotique et biomédicaux dans le cadre du maintien à domicile des personnes âgées.

L'organisation de recherche clinique Popsi Cube est, de son côté, positionné sur les aspects santé et données médicales.

Enfin, le groupe Orange s’est engagé dans le projet pour identifier et expérimenter la création et le test d’usages avec les populations volontaires.

Les travaux ont déjà commencé à Argentan et devrait se poursuivre jusqu’à l’été 2016. D’ici là, les autres collectivités volontaires et la Région Normandie auront, peut-être, rejoint le projet pour permettre son accélération.


Le Dôme | Mise à jour : 2016-12-19 | Mise en ligne : 2016-11-18